À propos de la performance Cycle I (L'artiste, l'enseignant, l'étudiant, Transmission)

 

 

“L’intérêt de cette performance réside dans les ambivalences, les questions et les discours qu’elle soulève. Refusant toute forme de spectaculaire, cette action joue sur un rapport subtil entre la pratique et la théorie, le réel et la fiction. Empreint de discrétion et de subtilité, le travail de Delphine Richer crée des actions qui sont autant des formes plastiques que des moments de questionnements sur le statut de l’artiste dans nos sociétés. S’incarnant par le biais de performances, le travail de Delphine Richer se déploie au-delà de l’instant, au-delà de l’action elle-même, comme une œuvre à forte dimension immatérielle, toujours en expansion, en recherche, insatiable, sans terme ni définition figée, comme l’est la performance elle-même…”

 

Jérôme Carrié

Docteur en arts plastiques Chercheur à l’Institut IRPALL (Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues) Université de Toulouse II - Le Mirail et au Laboratoire MICA (Médiation, Information, Communication, Arts) Université de Bordeaux III - Michel de Montaigne

 

 

 

 

 

La performance

 

 

Réalisée au sein du centre d’art Le CIAM implanté dans l’ensceinte de l’université Toulouse II le Mirail, cette performance s’élabore comme un cours sur la performance, sous forme de performance, posant la question de sa propre définition et de sa transmission.

 

 

Protocole

 

La performance se développe en 3 phases.

 

La première est consacrée à la constitution de l’espace: Installation d’éléments graphiques et de notions à l’aide d’adhésif noir, positionnement précis de chaque élément (table, chaise de l’artiste, chaise de l’enseignant, emplacement de l’étudiant) relativement aux éléments graphiques et aux notions “Défini” et “Indéfini” évoquées.

Chacun se saisit ensuite d’un badge et rend son « titre » visible en l’inscrivant noir sur blanc, l’étudiant raturant « Élève » pour préférer le terme « Étudiant ». Le titre de la performance est également inscrit sur une feuille A4, fixée au rebord de la table.

 

Deuxième phase, les trois performeurs abordent la notion de performance.

L’artiste pose des questions auxquelles l’enseignant tâche de répondre. L’étudiante prend des notes, interprète, développe sa réflexion librement à l’écrit sur le format au mur. Dos au public elle rend visible le processus de transmission.

 

Troisième phase, la transmission au sein de la performance.

La performance procède d’une mise en abyme de l’action elle-même.

Cette dernière phase de la performance consiste à recueillir et à enregistrer les réactions du public, ajoutant ainsi une nouvelle étape dans le processus de transmission.

Chacun des trois performeurs, muni d’un enregistreur, entame un dialogue individualisé avec des personnes de l’assistance.